Mal nommer
les choses, c'est ajouter

au malheur du monde.

Albert Camus.


dimanche 23 mars 2008

Evgen Bavcar, photographe absolu




Evgen Bavcar est photographe. Né en Slovénie en 1946, il vit et travaille à Paris. Il a treize ans quand son collège lui décerne un prix, un appareil photo, pour la qualité de ses images. Il revendique à seize ans ses premières vraies œuvres, venues déjà de loin: «À douze ans j'étais amoureux d'une jeune fille qui portait ses cheveux noués en une longue queue de cheval. Je me suis plongé dans sa chevelure et je n'ai depuis jamais trouvé la sortie.»

Après ses études de philosophie et d'esthétique à Paris, il collabore dès 1976 à l'Institut d'Esthétique des Arts contemporains, où il deviendra ingénieur d'étude en 2001. Il est naturalisé français en 1981, et travaille pour le CNRS où il «retrouve cette ouverture où l'on donne la parole à ceux qui peuvent parler beaucoup plus de l'intérieur». Il réalise sa première exposition en avril 1987, à Paris, qui a ouvert à un bel itinéraire européen puis plus largement international. En 1992, il publie
Le voyeur absolu aux éditions du Seuil.

«Je m'intéresse à la photographie non comme technique mais comme idée. Non à l'invention du dix-neuvième siècle de Niepce ou Daguerre mais à ses origines conceptuelles. Pour moi, la première chambre noire est la caverne de Platon. Il faut distinguer le visuel, ce que voient nos yeux, du visible, ce que voit notre esprit. Le sens n'est pas donné seulement par les expériences visuelles, mais aussi par celles invisibles à l'œil. D'ailleurs la science n'aurait pas de sens, sans cela.»

On le verra concrètement dans ce dossier consacré à lui et à ses œuvres par le site Zone/Zero, son projet photographique vise à figurer la lumière intérieure et à «laisser le champ libre aux autres perceptions [pour permettre] une ouverture à de nouvelles interprétations, qui, sous le poids démesuré du “visuel”, ne peuvent se frayer un chemin.»

Cette nécessité de mettre la photographie au service de l'âme et des autres perceptions a fait dire au poète allemand Walter Aue qu'Evgen
Bavcar était le quatrième inventeur de la photographie, après Niepce, Talbot et Daguerre.