Mal nommer
les choses, c'est ajouter

au malheur du monde.

Albert Camus.


jeudi 24 avril 2008

Encore et toujours Carlo Emilio Gadda


Louis Bernardi continue ses amusements littéraires autour de Carlo Emilio Gadda, qui s'y prête de bonne grâce. Cette fois, une parenthèse perdue dans une traduction permet des commentaires inespérés, rêveries implicites en prime, dans Les infidèles ne sont pas toutes belles. Inutile de dire à Louis Bernardi que notre porte lui reste ouverte à d'autres aventures.
Et puisque nous en sommes à quelques nouveautés, voici aussi, dans
Images, des photographies prises au cours de promenades au centre de Paris.