Mal nommer
les choses, c'est ajouter

au malheur du monde.

Albert Camus.


samedi 7 mars 2009

Bruno Étienne, un ami disparu


Bruno Étienne est mort le 4 mars dernier à Aix-en-Provence. Nous l'avions connu, et nous étions réjouis ensemble de son humour mordant toujours en éveil, qui redoublait chaque fois qu'on lui signifiait un désaccord (et ça arrivait, et il y avait parfois de quoi!), lorsqu'il nous fit l'honneur de participer au numéro 10 de notre ancienne revue Le Cheval de Troie (1994), consacré à Abd El-Kader. De l'Émir, qui n'était alors guère en odeur de sainteté, ni même à la mode, comme c'est heureusement davantage le cas aujourd'hui, ses Écrits spirituels (Seuil, 1982) n'allaient bientôt plus être indisponibles: leur traduction de Michel Chodkiewicz, qui participa également à notre livraison, fut rééditée en cette même année 1994. Bruno Étienne, qui terminait alors la rédaction de son livre, Abdelkader, nous avait donné La smala, une confrérie nomade (texte ici), fort généreusement puisque son livre fut publié à la fin de cette même année 1994, chez Hachette.

On retrouvera l'homme et l'auteur dans différents sites. Par exemple:

Une franc-maçonnerie ravagée par la démagogie profane, article publié dans Le Monde du 9 septembre 2000.
— On trouvera une bibliographie et surtout les
liens vers plusieurs de ses textes dans l'article, par ailleurs tout à fait insuffisant, consacré à lui par Wikipedia
. D'autres liens vers ses écrits sont offerts par La Pensée de midi, revue littéraire éditée par Actes-Sud.
— On écoutera et on verra
une formidable conférence dans le cadre de l'Institut Universitaire de France: Journées annuelles et colloque scientifique: le changement, prononcée le 11 mars 2004 à l'Université Louis Pasteur de Strasbourg (45 ').

Enfin, Xavier Ternisien rend dans © Le Monde du 7 mars 2009 un académique mais nécessaire hommage au compagnon disparu. À lire en attendant.

Un intellectuel iconoclaste. — Bruno Étienne, mort d'un cancer le 4 mars à l'âge de 71 ans, ne concevait pas sa fonction comme celle d'un chercheur s'enfermant dans les enceintes étroites des académies scientifiques, mais comme celle d'un acteur prenant la parole haut et fort au centre du débat public.
Né le 6 novembre 1937 à La Tronche (Isère), il s'est formé à la Faculté de droit d'Aix-en-Provence puis à l'Institut Bourguiba des langues à Tunis, où il a appris l'arabe. En 1965, après avoir soutenu une thèse de doctorat en droit sur Les Européens et l'indépendance de l'Algérie, il part pour l'Algérie où il travaille comme coopérant.
En 1980, il devient directeur du laboratoire du CNRS sur le monde arabe et professeur à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence. En 1985, il fonde l'Observatoire du fait religieux, qu'il dirige jusqu'en 2006. Il forme des centaines d'élèves, au point qu'on peut parler d'une "école aixoise", dont il a été l'initiateur. Parmi ses disciples, on peut citer Franck Fregosi, Jocelyne Cesari, Raphaël Liogier.
Il a été l'un des premiers politologues à s'intéresser à l'islam, une spécialité réservée jusque-là aux orientalistes, spécialistes de la langue et de la culture arabe. En 1987, il publie L'Islam radical (Hachette).
Son intérêt pour l'islam politique le conduit à se pencher sur la sédentarisation des immigrés du Maghreb en France. Il publie en 1989 La France et l'islam (Hachette).
Bruno Étienne est l'un des premiers vulgarisateurs de la formule "Islam de France", soulignant le processus de "nationalisation" de la religion musulmane dans l'Hexagone. Il contribue à remettre en cause le cliché d'une religion étrangère et importée, montrant sa proximité et ses affinités avec l'histoire de France. Ses travaux convergent vers la même idée: l'islam est devenu une religion "française" et la France sera probablement appelée à être une terre de réforme musulmane.
Il insistait, par ailleurs, sur le fait que l'islam n'était qu'une des dimensions de la vie des musulmans en France. Devant ses élèves, il répétait cette phrase: "Quand on fait des enquêtes sur les musulmans de France, on en trouve davantage au PMU qu'à la mosquée!" Comme le souligne Franck Fregosi, "il n'a cessé d'affirmer l'inexistence d'une communauté musulmane entendue comme un ensemble monolithique d'individus ayant les mêmes pratiques, défendant les mêmes intérêts et mus par le souci de l'unité communautaire".
Lors de la première guerre du Golfe (1990-1991), il a ouvertement critiqué la participation de la France à la coalition alliée. En 2004, au moment du vote de la loi interdisant le voile à l'école, il s'est prononcé en faveur d'une laïcité ouverte et tolérante, déclarant sur un mode provocateur: "C'est aux jeunes filles voilées que l'on doit donner les palmes académiques et non au ministre qui les a exclues!"
"Il a toujours refusé de succomber aux visions sécuritaires à propos de la présence musulmane en France", rappelle Vincent Geisser, chercheur au CNRS. De ce point de vue, il fut l'un des principaux inspirateurs de ce qui allait devenir le Conseil français du culte musulman, défendant une conception gallicane de l'islam de France. Bruno Étienne n'hésitait pas à dénoncer les dictateurs du monde arabe. Dans ses écrits, il critiquait régulièrement les régimes dits "laïcs" autant que les théocraties du Golfe, dont il dénonçait l'hypocrisie.
L'universitaire était membre du Grand Orient de France et ne se privait pas de mettre le doigt sur des travers affairistes ou bureaucratiques. "Il faut renoncer à un certain nombre de pratiques qui ont conduit les obédiences maçonniques à devenir des machineries administratives gérées par des professionnels dont la maîtrise est inversement proportionnelle à leur ego", écrivait-il dans Le Monde en septembre 2000.

QUÊTE SPIRITUELLE. — Son appartenance maçonnique était partie prenante d'une quête spirituelle plus large qui ne l'a jamais quitté. Même si celle-ci s'accompagnait d'un comparatisme érigé en règle, qui basculait facilement dans le relativisme. "J'ai très rapidement cessé de me moquer des rituels de l'autre et considéré que l'eau de Lourdes valait bien celle de la source de Zemzem ou de Bénarès, que l'homme en noir devant le mur des Lamentations n'était pas plus ridicule que celui qui, s'agenouillant jusqu'au sol, se meurtrissait le front ou que celui qui tournait en rond agitant une clochette", écrivait-il en 1999. Il a consacré une biographie monumentale à Abdelkader, héros de l'indépendance algérienne, mais aussi soufi et franc-maçon.
Au fond, ce protestant de culture, quatrième dan de karaté Shito-ryu, autant attiré par le bouddhisme que par l'islam, n'aimait rien tant que l'éclectisme. C'était sa manière à lui de chérir l'humanité. Quelques mois avant sa mort, il déclarait au quotidien La Provence [1]: "J'ai une certaine sympathie pour la connerie des hommes, leur volonté de défendre leur peau. Tout ce que l'humanité produit, même de mauvais, m'intéresse." — Xavier Ternisien.

1. Le blog Éduc, hébergé par La Provence publie ce très bel entretien en date du 30 septembre 2008, précédé d'une présentation sérieuse, et réjouissante de P. Wallez. Tout le personnage est là.

© Photogramme tiré du film de Mohamed Latreche, À la recherche de l'Émir Abd El-Kader (2004).