Mal nommer
les choses, c'est ajouter

au malheur du monde.

Albert Camus.


jeudi 1 juillet 2010

Du vieux et du neuf sur "Ralentir travaux"



Après six dossiers politiques et culturels et sept sur le cinéma, en voici un quatorzième ouvert sur Ralentir Travaux: Édits et Inédits. Il permet et permettra de disposer d'un certain nombre de nos textes (essais, romans et fictions) soit inédits, soit publiés mais épuisés ou de fait impossibles à obtenir par les voies commerciales normales, sauf à les trouver par hasard chez les bouquinistes, les soldeurs ou sur les sites de l'internet spécialisés en librairie. Ainsi, entre autres:

• Trois romans: 1. La vie courante (1979-1980), roman noir inédit en huit chapitres. — 2. La réponse de Venise (1992), collage. — 3. Faux en écritures (1996), roman publié aux éditions Deyrolle, repris quelque temps par les éditions Verdier. Deux autres, édités au siècle dernier mais épuisés depuis, devraient suivre.

• Trois pièces plus ou moins fictionnelles: 1. Préhistoire (1980), une sorte de postface à La vie courante. — 2. Lexique (1985), écholalies, psittacismes et langages privés. — 3. Primorka (1986), une poésie vénéto-slovène.

• Deux articles: 1. Jeu de patience (1977), sur les visages de Bertolt Brecht. — 2. Prénom Marcel (1984), essai sur Marcel Proust. Là encore, d'autres textes devraient suivre.

Le tout est disponible à la lecture et souvent en deux modes d'impression.

© Photographie: ma première machine à traitement de texte (1984), un Amstrad PCW 8256, avec un logiciel spécifique qui s'appelait Locoscript, et des disquettes de 3 pouces qui n'étaient également qu'à lui. Pour 6990 francs, c'était alors la meilleure et la moins chère, presque la seule à vrai dire. Une véritable révolution technologique, avec ses boutiques, ses clubs, ses maîtres et leurs disciples. Au même moment naissait le premier Macintosh, en vente aux USA pour 2495 $, soit plus du double. — Auteur non identifié, tous droits réservés.