Mal nommer
les choses, c'est ajouter

au malheur du monde.

Albert Camus.


vendredi 6 février 2009

Leonardo Sciascia: vingt ans après



Le site déjà signalé
Amici di Leonardo Sciascia (1921-1989) nous propose d'inviter nos lecteurs à apporter leur signature au texte
Nous nous en souviendrons de ce maître — allusion à l'épitaphe, en italien, citant une exclamation attribuée par Léon Bloy à Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1), voulue par l'auteur sur sa tombe au cimetière de Racalmuto: "Nous nous en souviendrons de cette planète", à qui — rappel — nous consacrons ici un dossier in progress. Nous voudrions aussi vous recommander le menu déroulant "Media Gallery", qui offre une collection unique audio et vidéo (Youtube, Radio radicale, France 3, et bientôt la RAI), mise à jour régulièrement et avec ferveur.
(2)

1. «Ah! nous nous en souviendrons de cette planète! me disait Villiers de l’Isle-Adam, étant tous deux, les pieds dans la crotte froide, un certain soir où il semblait que nous aurions pu livrer nos droits d’aînesse pour un bon dîner devant un bon feu.» Extrait d’une lettre à «un géographe», tirée de: Léon Bloy, Mon journal, 7 juillet 1899, I, 273, Bouquins / Laffont, 1999).
Pour en savoir davantage sur l'histoire de cette épitaphe chez Leonardo Sciascia, qui lit l'italien se reportera au texte ci-dessous écrit par Angela Diana Di Francesca:
Note sull'ultimo enigma
.

2. Un autre site, toujours en italien (le site propose une version anglaise), Regalpetra, donne nombre d'informations inédites et introuvables ailleurs sur Leonardo Sciascia et son proche environnement, en particulier ses itinéraires. Jusqu'à plus ample informé, il semble ne pas fonctionner sous Firefox, utiliser Safari ou Explorer
. Nous y reviendrons.

Image: © Auteur non identifié, tous droits réservés.